La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2021
2020
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2021
2020
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection
 
Responsabilité & Environnement
2021
2020
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2021
2020
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2021
2020

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2021
Toutes les années
   

 

 

Voir le numéro complet

 

Responsabilité & Environnement -  N° 103 - Juillet 2021 - Les ondes non ionisantes électromagnétiques et acoustiques : nouveaux savoirs, nouveaux enjeux

Acheter le numéro

 

N° 103 - Juillet 2021 - Les ondes non ionisantes électromagnétiques et acoustiques :
nouveaux savoirs, nouveaux enjeux

 

Ce numéro a été coordonné par Dominique DRON et Ilarion PAVEL


Voir le sommaire, les résumés et les articles complets

 


Introduction : Les ONIEA : un domaine sous-exploré et délicat à exploiter, mais prometteur

Par Dominique DRON et Ilarion PAVEL

Conseil général de l’Économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET)

 

Les ondes non ionisantes électromagnétiques et acoustiques (ONIEA) naturelles sont utilisées par les organismes vivants, végétaux et animaux, qu’ils en émettent ou les perçoivent et les in­terprètent. En outre, les fréquences des ondes produites par les activités humaines s’étendent sans cesse. La connaissance et les utilisations des ONIEA se développent rapidement, ainsi que la découverte d’effets insoupçonnés. Malgré une recherche publique reconnue, la France semble sous-estimer les potentialités médicales, industrielles et agroalimentaires de ces champs en pleine expansion.

Lire la suite

 

 
 
 
 

Voir le numéro complet

 

Responsabilité & Environnement - N° 102 - Avril 2021 - Quelle finance pour une économie durable ?

Acheter le numéro

 

N° 102 - Avril 2021 - Quelle finance pour une économie durable ?

 

Ce numéro a été coordonné par Ivar EKELAND


Voir le sommaire, les résumés et les articles complets

 


Propos introductifs

 

La finance à l’heure des limites planétaires

Ivar EKELAND

Mathématicien, spécialiste d’économie et de finance

 

Je ne voudrais pas commencer cette présentation sans remercier les auteurs qui ont accepté de collaborer à ce numéro, en partageant avec un public non spécialiste leur expérience professionnelle et leurs travaux académiques. Je remercie tout particulièrement Stéphane Voisin, dont le livre récent dresse un tableau très complet des initiatives actuelles, et qui m’a aidé à concevoir un numéro à la hauteur des enjeux.

Les enjeux écologiques sont connus ‒ dérèglement climatique, perte de biodiversité, imprégnation chimique des sols et des océans ‒ et font actuellement l’objet d’un consensus scientifique, même si, comme le montre l’article de Laurent Clerc, le monde économique et financier a tardé à en mesurer l’importance. Je rappelle ici que ce ne sont pas les seuls dangers qui nous menacent. Outre les trois précédents, la communauté internationale en reconnaît quatre autres, sous le nom de « limites planétaires » : les cycles de l’azote et du phosphore, déjà gravement perturbés, l’eau douce, la préservation de la couche d’ozone stratosphérique et l’acidification des océans.

Lire la suite


Prise de conscience du risque climatique et de sa dimension systémique

Laurent CLERC
Directeur d’étude et d’analyse des risques à l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution

 

Quarante-trois ans séparent le premier Sommet de la Terre de l’Accord de Paris. Entre ces deux dates, la communauté scientifique n’a cessé d’alerter l’opinion sur les conséquences du dérèglement climatique et la nécessité d’agir au plus vite. Un débat persiste toutefois au sein de cette communauté avec les tenants d’une vision ancrée sur les temps géologiques. Depuis au moins deux millions d’années, le climat de la Terre alterne entre périodes glaciaires et interglaciaires, suivant une périodicité d’environ
100 000 ans. Le clivage principal porte sur la responsabilité de l’homme et son incidence sur la dynamique du climat.
En effet, on observe une tendance nette au réchauffement climatique depuis la Révolution industrielle. Selon Météo France, la température moyenne du globe a augmenté d’environ 0,6 °C et celle de la France métropolitaine de plus de 1° C depuis 1850. Cette tendance s’est accélérée au XXe siècle, avec une hausse de la température moyenne en France de 0,1° C, puis de 0,17° C par décennie depuis le milieu des années 1970. Si corrélation n’est pas causalité, l’activité humaine est susceptible de perturber les régularités géophysiques et d’alimenter une dynamique chaotique, dangereuse pour l’homme et son environnement. C’est cette dynamique, non linéaire et potentiellement irréversible à partir de certains seuils, qui donne au changement climatique sa dimension systémique.

Lire la suite

 

 
 
 
 

Voir le numéro complet

 

Responsabilité & Environnement - N° 101 - Janvier 2021 - L’enseignement et la formation dans la transition écologique et sociétale

Acheter le numéro

 

N° 101 - Janvier 2021 - L’enseignement et la formation dans la transition écologique et sociétale

 

Ce numéro est coordonné par Cécile RENOUARD et Rémi BEAU


Voir le sommaire, les résumés et les articles complets

 


Préface : Barbara POMPILI,

Ministre de la Transition écologique

 

Nous savons désormais que nous sommes entrés dans l’ère de l’anthropocène, ère dans laquelle l’Homme est capable de transformer et d’altérer durablement la Terre, son atmosphère, ses océans, ses sols, sa biodiversité... Ce nouvel âge représente une menace pour nos sociétés complexes qui reposent, toutes, sur des écosystèmes riches et fonctionnels.

C’est aussi un défi sociétal, technologique et, bien sûr, épistémologique. Car la transition écologique nous invite à repenser également notre rapport à la science et à nous éloigner de la conception de la science comme outil de domination de la nature qui nous entoure, pour nous tourner vers une science plus éthique, au service des générations actuelles et futures, de l’humain comme du non-humain.

L’enseignement et la formation sont au coeur de cette éthique de responsabilité nouvelle vis-à-vis de la nature. Outils de réflexion, de transmission, ils sont également l’enceinte naturelle pour construire les consensus, oeuvrer à l’adaptation de tous les pans de nos existences à la nouvelle réalité environnementale de notre siècle. Oui, les sciences du vivant comme celles de l’humain peuvent apporter des réponses aux défis que nous devons relever ensemble. De la biologie aux mathé­matiques en passant par la médecine, l’économie, le droit, l’architecture ou encore l’histoire et la géographie, toutes ces disciplines doivent contribuer à relever cet immense défi qu’est la transition écologique.
Ce rôle qu’elles ont à jouer est aujourd’hui plus nécessaire que jamais auparavant. Sensibiliser, éduquer, communiquer, donner à voir et à comprendre, sont des enjeux majeurs de la bataille écologique à l’ère de la fausse science, de l’immédiateté des réseaux sociaux. Un enseignement organisé est vital pour former les citoyens de demain, pour lutter contre les discours qui nient l’urgence climatique ou en contestent l’origine humaine, pour encourager à l’action libre et éclairée plutôt qu’à l’insouciance aveugle.

Lire la suite


Introduction :

Cécile RENOUARD,

Professeur de philosophie au Centre Sèvres (Faculté jésuite de Paris) et enseignante à l’École des Mines de Paris, à l’ESSEC et à Sciences Po

et

Rémi BEAU

Chargé de recherche au CNRS en philosophie à l’Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris, Sorbonne Université

 

Le présent numéro des Annales des Mines est publié sur fond de grandes incertitudes planétaires, à la fois sanitaires, écologiques, sociales et économiques. La crise de la Covid-19 a des conséquences dramatiques pour des millions de personnes privées d’emploi ou basculant dans la misère, en plus des détresses suscitées par la maladie elle-même. Le Haut Conseil pour le climat a publié en septembre 2020 son rapport annuel sur l’évolution des engagements de la France dans la lutte contre le réchauffement climatique : les baisses des émissions en 2018 et 2019 (- 0,9% par an) sont très insuffisantes au regard de la réduction de 3 % par an attendue dès 2025 afin de contribuer efficacement aux objectifs fixés par l’Union européenne suite à l’Accord de Paris. Les rédacteurs de ce rapport soulignent que la baisse des émissions liée aux mesures de confinement mises en oeuvre en 2020 est temporaire et ne traite pas les problèmes structurels, tels que le maintien du soutien accordé aux secteurs carbonés. Des rapports récents émanant des organes internationaux d’experts sur le climat et la biodiversité, le GIEC et l’IPBES, indiquent pourtant une dégradation très rapide des conditions favorables au maintien adéquat des milieux vivants et à une vie de qualité sur Terre pour les générations futures.
Ces crises écologiques, sociales et économiques ne sont pas indépendantes les unes des autres. Elles manifestent avec force la vulnérabilité constitutive de la vie humaine et du vivant, et soulèvent une interrogation radicale quant aux façons appropriées d’envisager les formes du travail et de la vie quotidienne du « monde de demain ». Nos manières de produire, d’échanger et de consommer, qui sont liées à un accroissement inédit des richesses et du confort dans l’histoire de l’hu­manité, sont mises en question par les catastrophes actuelles et à venir qu’elles entraînent.

Lire la suite

 

 
 
 
     

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr