La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2021
2020
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2021
2020
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection

 

Responsabilité & Environnement
2021
2020
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2021
2020
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2021
2020

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2021
Toutes les années
   

 

 

 

Voir le numéro complet

Réalités Industrielles - Août 2021 - Neurotechnologies et innovation responsable

Acheter le numéro

 

Août 2021 - Neurotechnologies et innovation responsable

Ce numéro a été coordonné par Françoise ROURE,

Chercheur associé au Laboratoire CETCOPRA, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Présidente de la section Sécurité et Risques du Conseil général de l’Économie

et

Laure TABOUY

Université de Paris Saclay ‒ Espace éthique de l’APHP, Faculté de médecine, ParisDigital & Ethics Biotech, Paris


Voir le sommaire, les résumés et les articles complets

 


Introduction de Laure TABOUY et Françoise ROURE

 

De nouvelles neurotechnologies se déploient désormais dans un paysage d’innovation où la diffusion du numérique a ouvert sur une véritable transformation civilisationnelle, avec des défis culturels, sociétaux et humains qui font osciller nos contemporains entre craintes et une certaine promesse ou espérance liée à leurs usages. Leur arrivée sur le marché, qu’il s’agisse d’applications médicales ou de nature commerciale, nous font avancer à marche forcée vers ces interrogations sur l’humain et sur le monde que nous désirons esquisser.
Ces neurotechnologies, dont le développement est lié à l’essor des neurosciences – lesquelles sont nées de la conver­gence des approches moléculaire et cellulaire avec des recherches plus intégrées –, permettent d’observer le cerveau sans l’endommager et de pratiquer certaines interventions avec une grande précision. Elles mettent en jeu la conception que nous nous faisons de nous-mêmes en tant que personnes responsables disposant d’un libre arbitre, et bouleversent la compréhension des comportements quotidiens.

L’OCDE a défini les neurotechnologies comme les dispositifs et les procédures utilisés pour accéder au fonctionnement ou à la structure des systèmes neuronaux de personnes naturelles et permettant de les étudier, de les évaluer, de les modéli­ser, d’exercer sur eux une surveillance ou d’intervenir sur leur activité (1). Les neurotechnologies sont exceptionnelles du fait de la relation étroite existant entre le cerveau et les capacités cognitives propres à l’identité humaine, l’agentivité (2) en tant que prérequis à toute considération éthique, et de la capacité singulière de la personne humaine de rendre compte, c’est-à-dire d’assumer une responsabilité. L’utilisation des neurotechnologies, couplées ou non à l’IA et au machine learning, et de la neuro-imagerie permet d’acquérir de nouvelles connaissances et d’avoir une vraie portée clinique, en facilitant les diagnostics, en agissant directement sur le cerveau pour le réparer ou en créant de nouveaux circuits de neurones venant prendre le relais des circuits défaillants.

Lire la suite

 
 
 
 

Voir le numéro complet

Réalités Industrielles - Mai 2021 - Immigration et insertion professionnelle

Acheter le numéro

 

Mai 2021 - Immigration et insertion professionnelle

Ce numéro a été coordonné par Claude TRINK

Ingénieur général des Mines


Voir le sommaire, les résumés et les articles complets

 


Préface :
Brigitte KLINKERT,

Ministre déléguée auprès de la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, chargée de l’Insertion

 

Les conséquences économiques de la crise sanitaire sont différentes selon les secteurs : certains emplois sont mena­cés, quand d’autres métiers dits « porteurs » ou « en tension » peinent à recruter, notamment dans les services à la personne, le numérique ou la transition écologique.
Face au caractère hétérogène de la crise, les cursus de formation doivent donc s’adapter, y compris les parcours proposés aux jeunes et aux personnes les plus éloignées de l’emploi. Nous devons bâtir des solutions qui répondent aux besoins d’insertion, d’évolution ou de reconversion professionnelle de chacun.
Dans cette politique, les migrants ne doivent pas être oubliés, et c’est l’honneur de notre pays que d’y veiller. Car ils sont aussi une chance pour la France, et le rebond de notre économie sera plus fort avec eux que sans eux ou contre eux.
En partant de l’intelligence collective des territoires, nous construisons le Service public de l’insertion et de l’emploi (SPIE), qui s’adresse aux personnes les plus fragiles, y compris aux migrants. Il s’agit d’éviter le parcours du combattant à toutes les personnes éloignées de l’emploi. L’ambition du SPIE est de donner à chacun les mêmes chances en mettant en oeuvre un droit à l’accompagnement effectif, rapide et pluridisciplinaire, quels que soient le lieu de résidence ou la maîtrise de la langue, pour les étrangers primo-arrivants. Il s’agit d’éviter les ruptures de parcours, grâce notamment à la mise en relation des acteurs (service public de l’emploi, conseils départementaux, CAF, opérateurs et associations…), à l’identification des manques dans l’offre d’insertion, de santé ou de logement, ainsi qu’à la parti­cipation des personnes à la définition de leur propre parcours. Il ne s’agit pas d’un énième nouvel organisme ou d’une institution de plus. Notre objectif est de décloisonner les politiques publiques d’insertion et sociales, pour rompre avec les logiques de silos. Le SPIE sera l’une des grandes réalisations du quinquennat ; il est aussi une réponse adaptée pour les étrangers primo-arrivants les plus éloignés de l’emploi, les réfugiés en particulier. Lire la suite


Introduction :
Immigration et économie : à travers le brouillard sémantique et le brouillard statistique
Claude TRINK
,

Ingénieur général des Mines

 

L’immigration est un phénomène mondial et ancien. En France, il a connu au cours de ces der­nières années une croissance significative. Mais la multiplicité des procédures et le mode de pu­blication des statistiques rendent difficile la perception de l’ampleur du phénomène. Il est cepen­dant possible de mettre en évidence une structure très déséquilibrée de l’immigration : seule une faible partie des immigrés arrivent pour un motif professionnel ou ont un accès légal au marché du travail.
Depuis 2018, des actions beaucoup plus structurées et des dépenses significatives ont été mises en oeuvre par l’État, les collectivités et les associations pour favoriser l’insertion professionnelle de ceux qui reçoivent finalement le statut de réfugié. Mais le reste des demandeurs d’asile, qui constituent la part majoritaire, se retrouvent sans autorisation légale de séjour et de travailler.

Ni la régularisation ni l’éloignement, tous deux très limités, n’apportent une solution. Il est d’autant plus nécessaire qu’une réflexion nouvelle, une modernisation et une amélioration de l’efficacité des procédures interviennent dans un domaine dont le coût budgétaire (6,5 milliards d’euros en 2019) a crû de 50 % depuis 2012. Lire la suite
 
 
 
 

Voir le numéro complet

Réalités Industrielles - Février 2021 - Le nouveau modèle économique du Royaume-Uni

Acheter le numéro

 

Février 2021 - Le nouveau modèle économique du Royaume-Uni

Ce numéro a été coordonné par Pierre-Charles PRADIER

Département d’économie, Université Paris 1 ‒ Panthéon-Sorbonne, LabEx ReFi


Voir le sommaire, les résumés et les articles complets

 


Introduction : Pierre-Charles PRADIER,

Département d’économie, Université Paris 1 ‒ Panthéon-Sorbonne, LabEx ReFi

 

Où va le modèle économique du Royaume-Uni ? Certaines orientations structurantes du XIXe siècle persistent, comme le choix d’acheter bon marché plutôt que de produire cher, notamment en matière alimentaire. Cette tendance a pu être contredite dans les années d’après-guerre, en particulier par des politiques de soutien aux industries vieillissantes. Mais après des décennies d’errements, le pays initiateur de la révolution industrielle a su rede­venir, sous les mandats successifs de Margaret Thatcher, un modèle, certes, mais controversé. Les coûteuses politiques industrielles ont été abandonnées au profit d’un développement concurrentiel se traduisant, d’une part, par l’intégration économique au sein de l’Union européenne (UE) d’industries profondément restructurées et, d’autre part, par l’orientation mondiale d’une économie de services éminemment présente en matière financière, de conseil et d’enseignement supé­rieur. Pour faire face à une demande soutenue des secteurs en croissance, le Royaume-Uni accueille des immigrants que la hausse des inégalités ne semble pas effrayer. Toutefois, le choix du Brexit menace de compliquer le commerce en général, de désorganiser les chaînes logistiques et les liens capitalistiques de l’industrie et de dégrader la compétitivité des services. Il semble donc évident que le choix du Brexit n’est pas un choix économique : Nicholas Crafts rappelle que les bénéfices de l’intégration européenne sont très largement supérieurs aux coûts. En particulier parce que la participation à l’UE a permis d’attirer des investissements directs étrangers et de stimuler une concurrence que le Royaume-Uni ne savait pas organiser dans son cadre national. Il y a donc fort à parier que sa sortie de l’UE ait à la longue des conséquences adverses. Catherine Mathieu, qui a recensé les différentes études d’impact réalisées, observe que seule une d’entre elles prévoit une croissance consécutive au Brexit grâce à la libération des contraintes réglementaires…, tandis qu’aucun de ces travaux ne se hasarde à esquisser un changement de modèle économique de la future « Grande-Bretagne globale ». Lire la suite

 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr