La série Enjeux numériques paraît en mars, juin, septembre et décembre en version papier, et la traduction anglaise intégrale des articles est téléchargeable comme la version française sur notre site www.annales.org. Elle traite des enjeux du numérique pour un public éclairé, mais non nécessairement expert, en croisant les regards technologiques, économiques et sociétaux comme le font les Annales des Mines dans toutes leurs publications.

Voir la gouvernance de la série

Voir la composition du comité de rédaction

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2020
2019
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2020
2019
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition

 

Responsabilité & Environnement
2020
2019
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2020
2019
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2020
2019

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2020
Toutes les années
   

 

 

 

Voir le numéro complet

Enjeux numériques - N° 9 - Mars 2020 - Les fréquences, gestion d’une ressource-clé

 



Acheter le numéro

 

 

N° 10 - Juin 2020 - Usages et archivages des contenus du Web

Ce numéro est coordonné par Michel SCHMITT


Voir le sommaire, les résumés et les articles complets


Introduction :

Michel SCHMITT

 

Il n’est pas si loin, le temps des disquettes informatiques souples qui avaient une capacité de 128 kilo-octets… Ceci fait sourire les anciens, car aujourd’hui, Internet et le cloud ont balayé ces dispositifs, en nous donnant la sensation que nous disposons d’un espace infini pour y déposer nos contenus. De surcroît, une infinité de contenus sont à notre disposition : des sites nous proposent des bibliothèques de films, de musiques ou de livres en nombre vertigineux.
Cette profusion de ressources sur la toile a modifié nos comportements. Recherche-t-on une information, une définition ? Wikipédia sur son smartphone que nous avons à portée de (ou dans) la main. La réponse est instantanée, alors que se déplacer jusqu’à sa bibliothèque, chercher son dictionnaire préféré et tourner les pages prend bien plus de temps. Et puis, l’édition de ce dictionnaire date de quelques années, rendant son information parfois un peu datée, et, le comble, le texte n’est pas indexé. Cette anecdote montre que la quantité (1), la mise en réseau et l’immédiateté ont changé notre rapport aux connaissances et ont forgé de nouveaux usages.
Par ailleurs, nous participons tous à accumuler les connaissances sur la toile, au travers des réseaux sociaux, des encyclopédies participatives, par exemple. L’une des qualités paradoxales de cet infini est sa taille humaine puisque quelques clics permettent d’accéder à tout document. Comme toujours, les choses ne sont pas si simples, et l’objet de ce numéro des Annales des Mines consacré aux « Usages et archivages des contenus du Web » est d’examiner comment notre relation aux contenus se modifie progressivement, comment cet infini s’organise, se structure et crée une nouvelle économie, faisant émerger de nouveaux concepts et de nouveaux métiers. Se pose également la question de garder une trace de ces contenus.

Lire la suite

 
 
 
 

Voir le numéro complet

Enjeux numériques - N° 9 - Mars 2020 - Les fréquences, gestion d’une ressource-clé

 



Acheter le numéro

 

 

N° 9 - Mars 2020 -  Les fréquences, gestion d’une ressource-clé

Ce numéro est coordonné par François RANCY


Voir le sommaire, les résumés et les articles complets


Avant-propos :

Gilles BRÉGANT

Directeur général de l’Agence nationale des Fréquences (ANFR)

 

Les fréquences radioélectriques sont invisibles et pourtant, elles orchestrent aujourd’hui une grande partie du monde visible. Notre quotidien, en effet, se conjugue désormais sans fil : télécommandes, téléphones, satellites, radars tissent autour de nous d’imperceptibles correspondances qui nous procurent des pouvoirs jadis réservés aux héros ou aux dieux : action à distance, ubiquité, prescience du temps qu’il fera, vision dans l’obscurité, accès illimité et instantané à la connaissance…

En quelques décennies, les hommes ont découvert, puis bientôt appris à maîtriser cette étrange ressource naturelle que constitue le spectre radioélectrique. Si la découverte du Nouveau Monde a bouleversé l’Histoire depuis la fin du XVe siècle, l’on découvrira sans doute que c’est l’exploration d’une autre terra incognita, dont les hectares se comptent en hertz, qui aura imprimé sa marque sur nos destins depuis le début du XXe siècle. TSF, discours radiophoniques, radars, Mondovision, satellites, GPS puis téléphones mobiles ont, depuis plus d’un siècle, imposé leur rythme effréné à une humanité tantôt émerveillée, tantôt déroutée. À mesure que les ingénieurs parvenaient à domestiquer de nouvelles bandes de fréquences, dont les noms ésotériques conservent encore aujourd’hui leur part de mystère (bande Ku, bande X, bande Ka…), cette ressource, pourtant limitée, a sans cesse offert de nouvelles possibilités. La rapidité avec laquelle ces évolutions se sont succédé n’a pas manqué de susciter quelques inquiétudes : pour certains, la magie radioélectrique est ainsi parfois soupçonnée d’être une magie noire… Et, pourtant, ces technologies n’ont jamais été aussi bien maîtrisées qu’en ce début de XXIe siècle.

Lire la suite


Introduction : le spectre des fréquences, une ressource à urbaniser et mettre en valeur

François RANCY

 

Le spectre des fréquences radioélectriques constitue la ressource rare qui sous-tend la plupart des applications dont nos sociétés sont devenues largement dépendantes en quelques décennies : du GSM à la 5G, du Wi-Fi au Bluetooth, de la radio FM ou DAB à la TNT et à la télévision par satellite, du GPS à l’imagerie spatiale. Le spectre nourrit également nombre d’autres activités essentielles, telles que les transports aériens, fluviaux ou maritimes, la défense et la sécurité des populations, la recherche scientifique et spatiale, la météorologie, l’observation du climat et des ressources de la Terre.

Aujourd’hui, cinq milliards de personnes disposent d’au moins un abonnement mobile, dont trois milliards pour le large-bande. Six milliards de récepteurs de radionavigation par satellite permettent de se localiser à tout instant et en tout point du globe, près de deux milliards de personnes disposent de la TNT et plus d’un milliard d’un récepteur de télévision par satellite. Tout cela dans des bandes de fréquences harmonisées mondialement, organisées et protégées depuis des décennies, au fur et à mesure que les technologies sous-jacentes ont émergé.

Lire la suite

 
 
 
 

 

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr