La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2023
2022
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2023
2022
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection
 
Responsabilité & Environnement
2023
2022
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2023
2022
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2023
2022

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2023
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Responsabilité et Environnement -  N° 109 - Janvier 2023 - L’électricité dans la transition énergétique

 

Sommaire en français

Abstracts
Télécharger gratuitement
la revue complète
 

N° 109 - Janvier 2023 - L’électricité dans la transition énergétique

Les enjeux de compétitivité industrielle de la transition électrique

Par Hoang BUI
Secrétariat général pour l’investissement, sous l’autorité du Premier ministre

 

La France doit relever le défi de la décarbonation de son économie et son effort sera d’autant plus important qu’elle voudra non seulement maintenir, mais aussi développer son industrie.
Certains secteurs, qui sont les plus impactés, se révèlent être aussi les plus stratégiques pour notre souveraineté et sont en outre de gros pourvoyeurs d’emplois.
Un des leviers principaux de décarbonation des entreprises industrielles, c’est l’électricité, soit en utilisation directe soit au travers du vecteur hydrogène.
La France aura besoin en 2030 de 680 kt d’hydrogène pour décarboner son industrie et la mobilité lourde, ce qui implique de disposer d’au moins 6,5 GW de capacités d’électrolyse installées et raccordées au réseau électrique.
Les projets de production d’hydrogène s’inscrivent dans une temporalité contrainte : si l’hydrogène n’arrive pas à temps, ses principaux clients industriels ne pourront pas se décarboner selon le calendrier prévu, avec le risque que les grands investissements de modernisation soient finalement abandonnés ou délocalisés. Ce serait alors tout un pan de l’industrie française qui serait condamné à moyen-long terme.
Si l’on considère les très grands projets d’électrolyse de l’eau prévus en France, certains de plusieurs centaines de MW, ils nécessitent pour la plupart un raccordement au réseau de transport d’électricité dès 2026 ou, au plus tard, en 2027. Or, il existe actuellement de fortes inquiétudes chez les industriels, car les délais annoncés pour ces raccordements laissent présager plusieurs années de retard.
Ainsi, cette difficulté d’un raccordement au réseau de transport s’avère être un obstacle potentiellement critique sur le chemin des grands projets de décarbonation de l’industrie.
Dans un environnement de plus en plus complexe et de plus en plus foisonnant, stimulé qu’il est par l’appétence des entrepreneurs de l’hydrogène qui veulent être les premiers, alors que les marchés ne sont pas encore matures et que les offres paraissent parfois redondantes, il pourrait être tentant d’attendre avant d’investir dans le renforcement du système électrique.
Or, attendre, c’est être sûr de perdre une partie de notre industrie, qui doit négocier de difficiles tournants technologiques et climatiques dans un calendrier contraint. Celle-ci pourrait donc être tentée de s’établir dans des pays offrant un système électrique plus réactif et compétitif. À cela s’ajoutent des tensions sur l’approvisionnement en équipements nécessaires pour réaliser ces raccordements : il faut donc agir sans attendre pour ne pas être les derniers servis.
Il est urgent que les parties prenantes, à commencer l’État et le gestionnaire de réseau, travaillent sur une prise en compte de tous les facteurs de compétitivité de notre système électrique et partagent une vision commune des besoins de l’industrie et des projets à mener à bien.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr