La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2022
2021
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2022
2021
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection
 
Responsabilité & Environnement
2022
2021
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2022
2021
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2022
2021

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2022
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Responsabilité et Environnement -  N° 108 - Octobre 2022 - Premiers enseignements de la crise sanitaire

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Télécharger gratuitement
la revue complète
 

N° 108 - Octobre 2022 - Premiers enseignements de la crise sanitaire

Intelligence artificielle et Covid-19, ou les limites du « solutionnisme technologique »

Par Nicolas BRAULT
Enseignant-chercheur en histoire et philosophie des sciences, Interact UP 2018.C102, Institut polytechnique UniLaSalle

 

Dès le début de la pandémie de Covid-19, le recours à l’intelligence artificielle et aux données massives apparaît aux yeux de nombreux scientifiques et responsables politiques dans le monde comme la solution ultime pour gérer la pandémie et ses conséquences. Or, après plus de deux ans et quelque quinze millions de morts, l’intelligence artificielle n’a pas tenu ses promesses. En réalité, elle ne pouvait pas les tenir, et ce pour deux raisons : d’abord, en raison de problèmes liés à la validité des données et de leur traitement algorithmique, et au risque de biais inhérent aux données massives ; ensuite, du fait que le paradigme épidémiologique de la pandémie n’est pas le bon, et qu’il convient de lui préférer celui de la « syndémie », la pandémie reflétant les inégalités économiques et sociales tout en les aggravant. Ainsi, ni une solution purement biomédicale ni une solution purement technologique ne peuvent fonctionner : il faut adopter une approche biosociale qui permet aux sociétés de vivre avec le virus, tout en protégeant les populations les plus vulnérables.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 108 - October 2022 - First lessons from the health crisis

Artificial intelligence and Covid-19, or the limits of ‟technological solutionism”

 

Nicolas Brault,
Teacher-researcher in history and philosophy of science, Interact UP 2018.C102, Institut polytechnique UniLaSalle

 

Since the beginning of the Covid-19 pandemic, the use of artificial intelligence and big data appeared to many scientists and policy makers around the world as the ultimate solution to manage the pandemic and its consequences. However, after more than two years and some fifteen million deaths, artificial intelligence has not kept its promises. In fact, it could not keep its promises for two reasons: first, because of problems related to the validity of the data and their algorithmic processing, and the risk of bias inherent to big data; second, because the epidemiological paradigm of the pandemic is not the right one, and it should be preferred to that of the ‟syndemic”, as the pandemic reflects eco­nomic and social inequalities while aggravating them. Thus, neither a purely biomedical nor a purely techno­logical solution can work: a biosocial approach must be adopted that can enable societies to live with the virus, while protecting the most vulnerable populations.

 

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr