La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2022
2021
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2022
2021
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection
 
Responsabilité & Environnement
2022
2021
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2022
2021
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2022
2021

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2022
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Responsabilité et Environnement -  N° 108 - Octobre 2022 - Premiers enseignements de la crise sanitaire

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Télécharger gratuitement
la revue complète
 

N° 108 - Octobre 2022 - Premiers enseignements de la crise sanitaire

Crise de la Covid-19, démocratie et intelligence collective

Par Benoît DUCHEMANN
Laboratoire SPHere, UMR7219 de l’Université de Paris

 

La pandémie de la Covid-19 qui sévit depuis le début de l’année 2020 a constitué un véritable défi pour les organisations de santé tant nationales qu’internationales. Face à la diffusion fulgurante du virus, ces organisations se sont vu imposer une démarche de management de crise nécessitant le développement et la mise en oeuvre de réponses sanitaires innovantes.
Au-delà de la nature même des inventions ainsi mises en oeuvre, il y a eu une articulation spécifique de l’intervention des différentes infrastructures scientifiques, industrielles et politiques, rendant possibles leur émergence et, in fine, la gestion et la maîtrise de la crise. Dans cette temporalité particulière, la décision politique s’est explicitement appuyée sur un discours officiel de légitimation scientifique. Elle a néanmoins aussi constitué un processus de confiscation de la chose publique, s’affranchissant implicitement de la délibération démocratique et de la transparence qui lui sont pourtant nécessaires, jetant finalement un doute sur les modalités de l’articulation entre l’industriel et le politique et sur son objectivité, et un voile sur ses biais éventuels.
En avril et mai 2021, parallèlement à l’action publique, une collaboration entre le MIT Center for Collective Intelligence (MCI), le Community Biotechnology Initiative at MIT Media Lab et le laboratoire pharmaceutique Merck a permis de lancer une expérience d’intelligence collective auprès de plus de 200 experts en sciences, santé publique et politiques publiques pour répondre aux défis de santé qui avaient pu émerger lors de la pandémie, en particulier celui de l’infodémie qui a donné lieu à une véritable crise de légitimité de la gouvernance de la santé publique.
Si ce projet innovant propose un procédé hybride d’optimisation de la décision publique, les conditions de sa prétention à la vérité semblent exagérées. Outre l’opacité épistémique dans laquelle les recommandations sont formulées, le défaut de transparence des motivations et de rationalité des actions engagées entrave cette technique managériale dans sa capacité à lutter contre une infodémie et à rétablir un équilibre explicite entre principes démocratiques de justice et efficacité de la gouvernance publique.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 108 - October 2022 - First lessons from the health crisis

Covid-19 crisis, democracy and collective intelligence

 

Benoît Duchemann,
SPHere Laboratory, UMR7219 of the University of Paris

 

The Covid-19 pandemic, which has been raging since the beginning of 2020, has been a real challenge for both national and international health organizations. Faced with the rapid spread of the virus, these organi­zations have been forced to adopt a crisis management approach that requires the development and implemen­tation of innovative health responses.
Beyond the very nature of the inventions thus imple­mented, there was a specific articulation of the inter­vention of different scientific, industrial and political infrastructures, making their emergence possible and, in fine, the management and control of the crisis. In this particular temporality, the political decision was expli­citly based on an official discourse of scientific legiti­mization. Nevertheless, it also constituted a process of confiscation of the public sphere, implicitly freeing itself from the democratic deliberation and transparency that are nevertheless necessary, finally casting doubt on the modalities of the articulation between industry and poli­tics and on its objectivity, and a veil over its possible biases.
In April and May 2021, in parallel with public action, a collaboration between the MIT Center for Collective Intelligence (MCI), the Community Biotechnology Initiative at MIT Media Lab and the pharmaceutical company Merck, made it possible to launch an expe riment in collective intelligence with more than 200 experts in science, public health and public policy in order to respond to the health challenges that had emerged during the pandemic, in particular that of the info-epidemic, which gave rise to a real crisis of legiti­macy in public health governance.
If this innovative project proposes a hybrid process for optimizing public decision-making, the conditions for its claim to truth seem exaggerated. In addition to the epis­temic opacity in which the recommendations are formu­lated, the lack of transparency of the motivations and rationality of the actions undertaken hinders this mana­gerial technique in its capacity to fight against an info­demia and to re-establish an explicit balance between democratic principles of justice and the efficiency of public governance.

 

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr