La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2022
2021
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2022
2021
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection
 
Responsabilité & Environnement
2022
2021
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2022
2021
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2022
2021

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2022
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Responsabilité et Environnement -  N° 107 - Juillet 2022 - Environnement : Face à la longue urgence

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Télécharger gratuitement
la revue complète
 

N° 107 - Juillet 2022 - Environnement : Face à la longue urgence

« Ce ne sera pas un bang, mais un long gémissement » Brèves réflexions sur une catastrophe au ralenti

Par Jean-Pierre DUPUY
Philosophe, professeur émérite à l’École polytechnique et professeur à l’Université Stanford, Californie

 

Ce que nous devons peut-être craindre le plus, ce n’est pas une grande catastrophe qui mettrait par là même fin aux maux de notre époque par notre disparition, c’est, au contraire, une longue prolongation et une accentuation de ceux-ci selon une spirale descendante. L’adaptation au changement climatique reposera sur l’incroyable capacité des êtres humains à s’ajuster aux pires conditions de misère et d’oppression. Est-ce ce que nous voulons ? Ce type de « catastrophe au ralenti » peut très bien se terminer par un effondrement brusque. On étudie ici le cas où plus l’on se rapproche de ce moment, plus on a des raisons objectives de croire que l’on en est éloigné. On en déduit que les optimistes se doivent d’être catastrophistes, précisément parce qu’ils sont optimistes. Inversement, on a des raisons de penser que l’optimisme « exubérant » manifesté de façon récurrente par les agents de la crise, gouvernants compris, se nourrit d’un catastrophisme qui ne dit pas son nom.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 107 - July 2022 - Environment: Facing the long emergency

‟It won’t be a bang, but a long moan” Brief reflections on a slow-motion disaster

 

Jean-Pierre Dupuy,
 Philosopher, Professor Emeritus at the École Polytechnique and Professor at Stanford University, California

 

What we must fear most is not necessarily a huge disaster that will put an end to the evils of our time by discarding our species. It is rather that these evils will go on for long periods of time while their effects will be more and more dreadful as they follow a downward spiral. Adaptation to climate change will rest on the incredible capacity that human beings have to adjust to the worst conditions of hardship and oppression. Is it how we want to live? This kind of ‟slow motion disaster” can very well end in a sudden collapse. This paper examines the case in which the closer we get to this moment, the more we have objective reasons to believe that it is farther away from us. We infer from this case that optimists should be alarmists precisely because they are optimistic. Conversely, there are good reasons to believe that the kind of irrational exuberance displayed by the agents of the crisis, governments included, feeds on a diffuse apocalypticism.

 

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr