La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l’HCERES dans son classement des revues en économie et gestion (en page 8).

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2023
2022
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2023
2022
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection
 
Responsabilité & Environnement
2023
2022
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2023
2022
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2023
2022

Toutes les années 

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2023
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Gérer et Comprendre - N° 150 - Décembre 2022 -                Que  savons-nous des entreprises africaines

Télécharger gratuitement
la revue complète
Traductions des résumés

 

 

N° 150 - Décembre 2022
Que savons-nous des entreprises africaines ?

 

Les raisons de la formalisation des entreprises informelles dans les pays africains : étude de deux entreprises au Niger

Par Istifanous ADO
Docteur en Sciences de Gestion, Université Clermont Auvergne, Laboratoire CleRMa, ATER à l’Université de Strasbourg, Laboratoire BETA
FSEG de l’Université Abdou Moumouni de Niamey
Et
Richard SOPARNOT
Professeur HDR en management stratégique, ESC Clermont Business School, Laboratoire CleRMa

 

Le secteur informel continue de dominer les économies des pays en développement. Après plus d’un demi-siècle de travaux, les chercheurs n’arrivent pas à un consensus sur la définition de ce secteur, sur les méthodes de son évaluation, et encore moins sur la stratégie de formalisation à adopter. Or, aujourd’hui, plus que jamais, la problématique de la formalisation des entreprises informelles s’impose, car elle conditionne le décollage économique des pays concernés. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes penchés sur la question de savoir pourquoi à un moment donné les entrepreneurs informels décident-ils de formaliser leurs activités. Pour y répondre, nous avons eu recours à la méthode du récit de vie, car elle permet de tracer fidèlement les trajectoires des cas à étudier afin d’énumérer par une analyse qualitative les différentes raisons de la formalisation. Nos résultats révèlent trois principales raisons : il s’agit de la formalisation par contrainte ; la formalisation défensive ; et la formalisation offensive. Au-delà des mesures politiques de formalisation qui sont jusque-là transcendantales, les résultats de cette étude montrent la nécessité d’adopter une approche inclusive, en associant les entreprises informelles dans la recherche des solutions les concernant. Cela demande une analyse micro, méso, contextualisée, qui donne toute légitimité au chercheur en sciences de gestion de s’approprier la thématique de la formalisation des entreprises informelles.

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 150 - December 2022
What do we know about African businesses?
-

The reasons for the formalization of informal enterprises in African countries: A study of
two enterprises in Niger

 

Istifanous Ado & Richard Soparnot.

 

The informal sector continues to dominate the economies of developing countries. After more than half
a century of work, researchers have not reached a consensus on the definition of this sector, on the methods of its evaluation, and even less on the formalization strategy to adopt. Today, more than ever, the issue of formalizing informal enterprises is essential, as it is a prerequisite for the economic takeoff of the countries concerned. This is why we have examined the question of why informal entrepreneurs decide to formalize their activities at a given time. To answer this question, we used the life-story method, as it allows us to faithfully trace the trajectories of the cases to be studied in order to enumerate, through a qualitative analysis, the different reasons for formalization. Our results reveal three main reasons: forced formalization; defensive formalization; and offensive formalization. Beyond the policy measures for formalization that are so far transcendental, the results of this study show the need to adopt an inclusive approach, involving informal enterprises in the search for solutions that affect them. This requires a micro, meso, contextualized analysis that gives the management researcher full legitimacy to take on the theme of formalization of informal enterprises.

Retour au sommaire

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr