La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2021
2020
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2021
2020
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection
 
Responsabilité & Environnement
2021
2020
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2021
2020
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2020
2019

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2021
Toutes les années
   

 

 

         
 

 

Réalités Industrielles - Février 2021- Le nouveau modèle économique du Royaume-Uni

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

Acheter le numéro

 

 

 

Février 2021- Le nouveau modèle économique du Royaume-Uni

Le sens du take back control dans le secteur de l’énergie

Par Dominique AUVERLOT
Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD)

 

La volonté des citoyens britanniques, après la crise économique et financière de 2008, de re­prendre le contrôle de leur vie, en s’affranchissant des contraintes européennes, a été au coeur du vote Leave. La mise en oeuvre dans le domaine de l’énergie du take back control qui en découle est confrontée à un véritable défi. Il s’agit en effet de tenter de préserver les acquis de la construc­tion européenne (et ainsi de limiter the unwanted consequences of exiting the European Union), tout en s’affranchissant des normes européennes et des arbitrages de la Cour de justice de l’Union européenne, et en évitant le rétablissement d’une frontière entre les deux Irlande. On ne peut que souhaiter que les dispositions retenues dans le cadre du Brexit permettent de maintenir les échanges d’électricité et de gaz, de construire de nouvelles lignes électriques transfrontalières et de préserver le commerce des matières nucléaires, en particulier des isotopes radioactifs utili­sés à des fins médicales. Cependant, le Brexit ‒ la sortie de l’UE du Royaume-Uni ‒ n’est qu’une étape, seul l’avenir dira si les nouveaux liens ainsi construits entre le Royaume-Uni et l’UE ne seront qu’une succession de querelles, à l’image des négociations actuelles, ou vont permettre, dans une synergie « concurrentielle » positive bien comprise, à court terme, de relancer l’ambition climatique mondiale lors de la COP26 et, à plus long terme, d’adopter des réformes ‒ notamment celle des marchés de l’électricité ‒ positives pour l’économie du continent européen.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


February 2021 - The United Kingdom’ new business model

The meaning of ‘Take back control’ in the energy sector

 

Dominique Auverlot,
Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD)

 

The determination of British citizens, after the financial meltdown in 2008, to ‟take back control” and be freed from European regulations motivated the vote for Brexit. However it will be a real challenge to take back control in the energy sector. This means retaining the advantages acquired due to the EU and limiting the unwanted effects of Brexit while being free from European standards and the opinions rendered by the Court of European Justice and avoiding the erection of a new border between the two Irelands. Hopefully, the provisions in the Brexit agreement will make it possible to continue trading in electricity and gas, install new electricity lines across borders, and maintain commerce in the nuclear industry (in particular, the radioactive isotopes used for medical purposes). However Brexit is but one step. Only the future will tell whether the new relations between the United Kingdom and European Union will settle into a series of successive disputes (resembling current negotiations) or will, thanks to a positive ‟competitive” synergy understood by all parties, allow for, in the short run, relaunching the world climate program during COP26 and, in the long run, adopting reforms (in particular for the electricity market) that will be positive for the continent’s economy.

 

Retour au sommaire

 


 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr