La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2020
2019
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2020
2019
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
 
Responsabilité & Environnement
2020
2019
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2020
2019
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2020
2019

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2020
Toutes les années
   

 

 

         
 

 

Réalités Industrielles - Août 2020 - Travail et coopération à travers les frontières

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

Acheter le numéro

 

 

 

Août 2020 - Travail et coopération à travers les frontières

Le travail frontalier des actifs résidant en France : contexte, portrait statistique et évolutions selon les frontières

Par Elena MIRONOVA et Sophie VILLAUME
Insee

 

De nombreux actifs résidant en France métropolitaine à proximité des frontières se rendent dans les pays voisins pour y travailler. Certaines zones concentrent ainsi une importante population de frontaliers (jusqu’à 50 % des actifs). En grande majorité, les navetteurs se dirigent vers le Luxembourg, la Suisse et Monaco, attirés par des marchés d’emploi en croissance et un haut niveau des salaires. Leur nombre croît nettement vers ces pays, dont le périmètre d’attractivité s’élargit. Malgré la hausse des emplois, l’Allemagne attire de moins en moins de travailleurs venant de France, tandis que le nombre des frontaliers diminue vers l’Espagne et augmente moins que les années précédentes vers la Belgique. Au Luxembourg, à Monaco et dans une moindre mesure en Suisse, les actifs venant de France viennent essentiellement combler les besoins en main d’œuvre du secteur tertiaire. La part des frontaliers français dans l’emploi y est particulièrement élevée. Ces pays offrent des emplois qualifiés et la proportion de cadres s’accroît parmi les frontaliers. À l’opposé, en Belgique et surtout en Allemagne, une large part des navetteurs sont ouvriers et travaillent dans l’industrie. Cependant, leur nombre recule au profit d’emplois plus qualifiés.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


August 2020 - Work and cooperation across borders

The  crossborder  jobs  of  French  residents: Context, statistics and trends by  bordering country

 

Elena Mironova
and
Sophie Villaume,
INSEE

 

Many residents of border areas in France work on the other side of the border. Crossborder commuters are concentrated in certain areas, where they represent 50% of the active population. The large majority of them go to Luxembourg, Switzerland and Monaco, counties with an attractive, growing labor market and high wages. More French residents are working in these ever more attractive countries. Despite its job offerings, Germany attracts fewer and fewer workers from France; and the number of wage-earners crossing the border to work in Spain is falling even as the number crossing to Belgium is rising less than in previous years. In Luxembourg, Monaco and, to a lesser extent, Switzerland, wage-earners from France mainly satisfy labor needs in the tertiary sector, where the proportion of French residents is especially high. These countries offer skilled jobs, and the proportion of white collars among crossborder employees is rising. In Belgium and especially Germany however, a large part of these crossborder commuters are workers employed in industry; but their number is receding to the benefit of more qualified jobs.

 

Retour au sommaire

 


 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr