La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2018
2017
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2018
2017
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
 
Responsabilité & Environnement
2018
2017
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2018
 

La Gazette de la société

et des techniques

2018
2017

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2018
Toutes les années
   

 

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

Acheter le numéro

 

 

Août 2018 - Il y a 10 ans la crise La régulation financière et ses nouveaux enjeux

Capital et RoE dans les banques : fausses croyances et instabilité financière

Par Christophe MOUSSU
Professeur, ESCP Europe, LabEx ReFi

 

Force est de constater que la représentation qu’ont les banques du niveau de capital optimal et de leurs objectifs en matière de performance a peu évolué depuis la crise de 2008. Or, de nombreux travaux académiques sur le capital des banques montrent que les banques les plus capitalisées sont celles qui résistent le mieux aux chocs, sont les plus efficaces, prennent des parts de marché plus importantes et sont mieux valorisées par le marché. De même, le RoE reste l’indicateur phare de la performance dans les banques, sur laquelle la rémunération incitative des dirigeants est assise. Or, il est établi empiriquement que cette mesure induit des comportements de prise de risque dans les banques, qui nuisent à leurs actionnaires lors des crises bancaires et n’apportent aucun supplément de valeur en période normale. Ces croyances affectent les choix des banques en matière d’allocation d’actifs et de politique financière, et polluent les réflexions stratégiques. Dix ans après la crise financière, une évolution des croyances serait souhaitable, d’autant plus que l’absence d’antagonisme entre les intérêts privés des actionnaires des banques et ceux de la société a été établie.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


August 2018 - Ten years ago, the meltdown: Regulating finance and new issues

Capital and the RoE in banks: False beliefs and financial instability

 

Christophe Moussu,
professor, ESCP Europe, LabEx ReFi.

 

We must admit that the conception of banks about their performance objectives and the optimal level of their equity has changed little since the 2008 meltdown. Nonetheless, several academic studies on equity in the banking sector have shown that the most capitalized banks are the banks that best stand up to shocks, are the most efficient, and have the largest market shares and market value. RoE (return on equity) is still the best indicator of a bank’s performance (on which incentive payments to senior executives are based). Empirical studies have shown that the RoE leads to risk-taking in banks — risks to the detriment of shareholders during crises and, during normal periods, risks that add no value. These beliefs affect the choices banks make for allocating assets and devising a financial policy; and they deviate the thought given to working out a strategy. Ten years after the financial meltdown, it is time for these beliefs to evolve, even more so since the absence of antagonism between the private interests of the banks’ shareholders and of society has been proven.

 

Retour au sommaire

 


 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr