La série Réalités Industrielles publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets importants pour le développement industriel et économique. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif. Voir la gouvernance de la série

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2018
2017
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2018
2017
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2018
2017
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2018
 

La Gazette de la société

et des techniques

2018
2017

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2018
Toutes les années
   

 

 

         
 

 

 

 

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

Acheter le numéro

 

 

Août 2018 - Il y a 10 ans la crise La régulation financière et ses nouveaux enjeux

Les nouveaux défis du financement de l’économie

Par Marie-Anne BARBAT-LAYANI
Directrice générale de la Fédération bancaire française

 

Contrairement à d’autres économies de la zone euro, la France n’a pas connu de credit crunch durant la crise. Le taux d’accès au crédit reste très élevé et les conditions d’octroi y sont favo­rables. La France est le seul pays de la zone euro où la crise financière n’a rien coûté au contri­buable (1). Les banques françaises ont bien traversé la crise. Même si elle a diminué depuis, leur rentabilité est plus élevée et moins volatile que celle de leurs pairs européens. Paradoxe : alors que la crise est partie des États-Unis, les banques américaines sortent plus fortes de cette crise financière.
Ces dix dernières années, les banques ont fait face à des changements réglementaires considé­rables. La mise en place de l’Union bancaire a doté la zone euro d’un système de supervision et d’un dispositif de prévention et de gestion des crises bancaires uniques au monde. Elle a rendu le système financier plus sûr. Les grandes banques systémiques ont largement renforcé leurs fonds propres et réduit les risques portés à leurs bilans, tout en finançant l’économie de manière très dynamique.
Un nouveau modèle de financement de l’économie (plus de financements de marché, moins de crédit) et de régulation s’impose aujourd’hui aux banques européennes. La réglementation post-crise, notamment à Bâle, favorise le modèle américain et met les banques européennes face à d’importants défis : réglementaires, économiques – dans un environnement durable de taux d’intérêt bas – et digitaux, bien que ces derniers constituent aussi une opportunité unique d’améliorer les services aux clients.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


August 2018 - Ten years ago, the meltdown: Regulating finance and new issues

New challenges for financing the economy

 

Marie-Anne Barbat-Layani,
general manager of the Fédération Bancaire Française.

 

A paradox: American banks have come out of the crisis stronger than before, even though the 2008 meltdown started in the United States. Unlike other economies in the eurozone, France did not experience a credit crunch during the meltdown: access to credit remained open, and the conditions for obtaining loans remained favorable. France is the only country in the eurozone where the financial crisis cost taxpayers nothing. French banks have come through the crisis. Their profit-earning capacity, though it has decreased in the meantime, is higher and less volatile than in equivalent countries in Europe. In the past ten years, banks have had to cope with major regulatory changes. The eurozone’s Banking Union has instituted a system, unique in the world, of supervision and of arrangements for preventing and managing banking crises. It has made the financial system more solid. The big systemic banks have bolstered their equity and reduced eventual risks to their balance sheets, while dynamically financing the economy. European banks must now adopt a new model for financing the economy (more funding via the market, less via loans) and for regulations. Regulations (in particular, the Basel Accords) following the meltdown have tended to fall in line with the American model, whence several challenges for European banks: regulatory, economic (during a long period of low interest rates) and digital. However the digital challenges are also an opportunity for improving customer services.

 

Retour au sommaire

 


 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr