La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2018
2017
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2018
2017
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
 
Responsabilité & Environnement
2019
2018
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2018
 

La Gazette de la société

et des techniques

2018
2017

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2019
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Responsatilité & Environnement - N° 93 - Janvier 2019 - L’économie du nouveau mix électrique

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 93 - Janvier 2019 - L’économie du nouveau mix électrique

Analyse micro-économique de l’intégration des EnR électriques intermittentes dans un système de production électrique

Par Fabrice DAMBRINE
Ingénieur général des Mines, président de section au Conseil général de l’Économie, Conseiller d’État en service extraordinaire

 

Les politiques  publiques  menées depuis  une vingtaine  d’années  en France et  en Europe conçoivent essentiellement la transition électrique comme le remplacement de centrales thermiques (à combustibles fossiles et nucléaire) par de nouveaux moyens de production renouvelables, essentiellement éoliens et photovoltaïques. La question est donc de savoir jusqu’où l’on peut aller dans la pénétration de ces moyens de production dans le mix électrique sans remettre en cause les fondements de la politique énergétique que sont la sécurité d’approvisionnement électrique, l’accès à l’électricité à un coût raisonnable et la protection de l’environnement. Si l’on aborde la question au premier degré, c’est-à-dire uniquement en termes de coûts de production des MWh, on est tenté de croire que la transition électrique se fera naturellement, puisque les coûts de production de l’électricité éolienne et photovoltaïque baissent régulièrement, jusqu’à devenir aujourd’hui compétitifs par rapport à ceux des autres moyens de production. Mais ce serait oublier la limite physique intrinsèque de ces productions, à savoir qu’elles sont fatales et non pilotables. En sorte que pour assurer la sécurité de l’approvisionnement électrique, il faudra toujours conserver « en réserve » des installations pilotables capables de répondre à la demande des consommateurs.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 93 - January 2019 - The economics of the new electricity mix

Microeconomic analysis of the intermittent generation of electricity from renewable sources

 

Fabrice Dambrine,
engineer from the Corps des Mines, section president at the Conseil Général de l’Économie, member of the Council of State

 

The public policies conducted in France and Europe during the past twenty years consider the electricity transition mainly to be the replacement of thermal power stations (using fossil fuel and nuclear energy) with means for generating electricity by using renewable forms of energy (mostly wind power and photovoltaics). In what proportion can these new means become part of the electricity mix without undermining the foundations of energy policy, namely: the security of the electricity supply, the access to electricity at a reasonable cost, and the protection of the environment? When addressing this question directly in terms of the costs of megawatts, we are inclined to believe that the transition will take place naturally, since the production costs of wind power and photovoltaics are steadily decreasing to the point of becoming competitive with other means used to generate electricity. But this belief induces us to overlook the physical limits inherent in these new means of production. On the one hand, the energy they produce is “fatal” (i.e., lost if not consumed right away); and on the other hand, these means of production cannot be steered. For a secure electricity supply, it will always be necessary to keep installations “in reserve” that can be steered to respond to consumer demand.

 

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr