La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l'HCERES dans son classement des revues en économie et gestion, ainsi que dans celui des revues en sociologie.

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2020
2019
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2020
2019
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
 
Responsabilité & Environnement
2020
2019
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2020
2019
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2020
2019

Toutes les années 

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2020
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Gérer et Comprendre - N° 140 - Juin 2020

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

Acheter le numéro

 

 

N° 140 - Juin 2020

 

L’entreprise, le bien commun et la question du pluralisme

Par Benjamin CHAPAS
UR Confluence, Sciences et Humanités – UCLy – ESDES

 

Symbole fort du tournant que l’entreprise est en train de prendre à l’heure où il est question d’étendre
son objet social à la prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux de son activité (loi Pacte), on ne compte plus les voix qui s’élèvent pour dire que l’entreprise peut et doit produire du bien commun. Teinté de progressisme, ce nouvel horizon d’attente n’en est pas moins problématique dans un contexte de redéfinition du partage des rôles entre l’Etat et l’entreprise dans l’organisation du monde de demain. Le risque est notamment celui d’une possible « privatisation du bien commun » qui pourrait contribuer à renforcer les structures de domination de l’homme par l’homme à travers une colonisation des esprits et l’imposition d’une conception unique de la « vie bonne ».

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 140 - June 2020

Firms, the common good and the question of pluralism

 

Benjamin Chapas,
UR Confluence, Sciences et Humanités – UCLy – ESDES.

 

A strong symbol of the shift that firms are making at a time when their legally defined objective is being broadened to include the social and environmental issues related to their business activities (the Pacte Act in France): countless voices are being raised to demand that firms can and must produce a common good. Tinted with progressivism, this new expectation is, nonetheless, problematic in a context where the distribution of roles between the state and firms in the organization of tomorrow’s world are being redefined. In particular, there is the risk that an eventual “privatization” of the common good would reinforce the structures of domination of man over man via a colonization of minds and the imposition of a single conception of the “good life”.

Retour au sommaire

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr