La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l'HCERES dans son classement des revues en économie et gestion, ainsi que dans celui des revues en sociologie.

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2020
2019
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2020
2019
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
 
Responsabilité & Environnement
2020
2019
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2020
2019
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2020
2019

Toutes les années 

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2020
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Gérer et Comprendre - N° 140 - Juin 2020

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

Acheter le numéro

 

 

N° 140 - Juin 2020

 

Entre contrainte managériale et opportunité de développement du travailleur : l’application du « besoin de savoir » dans le secteur protégé

Par Sarah RICHARD
EM Strasbourg, laboratoire Humanis

 

La loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 élargit les opportunités de partage des informations confidentielles dans le secteur médico-social. Cette mesure est supposée répondre à une problématique de gestion majeure, l’absence de partage d’informations engendrant des coûts de fonctionnement et nuisant à la qualité de l’accompagnement des personnes accueillies. Le dilemme de savoir quelles informations peuvent être divulguées ou relèvent de l’intimité des travailleurs fait partie intégrante de la réalité de gestion des Etablissements et services d’aide par le travail (ESAT). Dans la littérature, le partage d’informations a priori confidentielles ou secrètes est supposé s’effectuer sur la base du « besoin de savoir ». L’application de ce principe permet d’éviter des situations où l’absence de partage induirait des effets négatifs sur l’organisation. Le présent article vise à caractériser l’application du « besoin de savoir » dans le secteur protégé. Pour ce faire, deux études de cas auprès de deux ESAT multi-activités ont été réalisées. Nos résultats montrent que les ESAT étudiés gèrent une tension permanente entre « besoin de savoir » et défense d’un « droit de ne pas savoir ». Cette tension façonne la manière dont les ESAT compartimentalisent le partage des informations, et aboutit à deux paradoxes de gestion d’informations. Nous montrons in fine comment les acteurs et l’organisation réagissent, ou non, face à ces paradoxes.

 

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 140 - June 2020

Between managerial exigencies and opportunities for personal development through work: Applying the “need to know” in social services

 

Sarah Richard,
EM Strasbourg, Humanis Laboratory.

 

A French act of 26 January 2016 has broadened the possibilities for sharing confidential information in medical and social services. This is supposed to be a response to a major problem of management, since not sharing information has an operational cost and is detrimental to the followup on the disabled persons enrolled in work programs. But how to know which information may be disclosed and which is highly personal? This dilemma is typical of the actual management of ESATs, the establishments and services that provide work to the disabled. In the literature, the grounds for sharing information that is, in principle, confidential or secret is supposed to be the “need to know”. Applying this principle helps avoid situations where not sharing would have negative effects on the organization. How to describe the application of the “need to know” in this protected social service sector? According to the findings of two case studies, both ESATs had to cope with a constant tension between the “need to know” and the defense of a “right to not know”. This tension shaped the way that these establishments compartmentalized the sharing of information; and it led to two paradoxes in information management. These case studies show how actors and organizations react, or not, to these paradoxes.

Retour au sommaire

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr