Lionel Guy STOLERU (1937-2016)

Photo Ass. Nat.

Né le 22/11/1937 à NANTES. Fils de Elie STOLERU et de Fernande BLUM, d'origine roumaine (Vaslui).
Décédé le mercredi 30 novembre 2016 à Paris, d'un arrêt cardiaque.

Ancien élève de Polytechnique (promotion 1956, sorti classé 2ème) et de l'Ecole des Mines de Paris. Corps des mines (1961), ingénieur général des mines (1985). Docteur (Ph.D.) de Stanford (thèse dirigée par le prix Nobel K. ARROW).

Il épouse en 1966 Francine STOLERU née WOLFF, ancienne de l'ENA, qui fut administrateur à la Ville de Paris puis conseiller au service des coproductions de la DG de FR3 (décédée en 2009). Enfant : Emmanuelle WARGON, née en 1972, HEC, ENA, Cour des comptes.

Hobby : Après avoir dirigé l'Orchestre d'Ukraine (1993) et quelques autres, il devient chef de l'Orchestre romantique européen, qu'il a créé en 1998 sur les conseils de Pierre Boulez, et dont le dernier concert date de 2013. Il avait fait des études musicales sous la direction du chef d'orchestre hongrois SZALGÖ. Il a composé la Symphonie juive qu'il interprète avec son orchestre à partir du 23 novembre 2010, en utilisant notamment une corne, le Shofar.

Ingénieur des mines à l'arrondissement de Douai (1963-1965)

Chargé de mission au Commissariat au Plan (1965-1968), avec Pierre MASSÉ

Directeur des Affaires financières au Crédit Lyonnais (1968-1969)

Maître de conférences de mathématiques, puis professeur d'économie (1969, 1981, 1984) à l'Ecole polytechnique.

Professeur d'économie à l'Ecole des mines de Paris.

Conseiller technique au cabinet de Valery Giscard d'Estaing (1974-76).

Secrétaire d'Etat auprès du ministre du travail (Condition des travailleurs manuels, puis Travailleurs manuels et immigrés) sous CHIRAC (1976) et BARRE (1976-81). En 1977, il lance un dispositif incitatif pour les travailleurs étrangers immigrés en France et souhaitant rentrer dans leur pays d'origine, sous forme d'une prime de 10.000 F soit 1.500 Euros actuels, majorée d'une indemnité de 5.000 F, connue sous le nom de "million Stoleru" ; ce dispositif avait permis le retour de près de 100.000 étrangers, dont 65 % d'espagnols ou portugais et 18 % de maghrébins.
Suite aux émeutes dans les prisons de 1976, il crée, avec Robert BADINTER, le GENEPI (Groupement étudiant national d'enseignement aux personnes incarcérées), composé d'étudiants (surtout des femmes) qui font du soutien scolaire en prison pour aider la réinsertion des prisonniers.

Opposé aux idées de François LÉOTARD et de Jean-Marie LE PEN, il quitte le Parti Républicain en 1985.
Il est député de l'Oise de 1988 à 1998.
Il conduit la liste "Génération Ecologie" dans l'Oise le 22/3/1992.
En 1996, il se rallie au Parti radical-socialiste (anciennement nommé Radicaux de gauche).

Secrétaire d'Etat au Plan sous ROCARD (1988-1991) : il contribue à la mise en place du revenu minimum d'insertion (RMI).

Président de l'Agence Europresse (1991)

Vers 1991 : Rédacteur en chef de The European, nommé par Robert MAXWELL

Président de la Chambre de commerce France-Israël (depuis 1993)

Conseiller économique de Petre ROMAN au gouvernement roumain, ainsi que du président ukrainien Leonid KRAVTCHOUK (1992-1997)

En 2003, alors qu'il est toujours membre des Radicaux de gauche, il accepte la proposition du premier ministre, Jean-Pierre RAFFARIN, de présider le Conseil d'Analyse Economique (CAE).

Il soutient en 2007 l'élection de Nicolas SARKOZY. Le 15 juillet 2007, il reçoit une mission officielle concernant le développement des petites et moyennes entreprises, notamment au moyen d'un meilleur accès aux marchés publics.

En 2010, Nicolas SARKOZY lui confie une mission sur les déséquilibres des échanges commerciaux entre l'Orient et l'Occident.

Les idées de Lionel STOLERU sur l'économie sont résumées dans divers documents. Nous extrayons ici des citations :

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont L'impératif industriel, Vaincre la pauvreté dans les pays riches (1974), La France à deux vitesses (1982), L'Homme initial (L'Harmattan, 2016), etc.

Il est Commandeur de la Légion d'honneur (2015).


Lionel Stoleru, élève de Polytechnique
(C) Photo Collections Ecole polytechnique